Accueil > Médiathèque > Textes
Page suivante (2/3)

Recension. Éric Marty : Déraisonner avec Sade. Foucault et la question du discours philosophique.

par Maria Salmon

Sade pour Foucault pose la question du philosopher, question qui s’inscrit dans la question de l’année pour l’Institut et qui s’inscrit aussi dans le travail commencé par Éric Marty l’an passé quand il demandait : Pourquoi le 20ème siècle a-t-il pris Sade au sérieux ?

Premier point abordé : La passion de Foucault pour Sade, qui nous le verrons va aboutir à un reniement de Sade.

Foucault n’est pas le seul à avoir déconstruit le mythe de Sade. Plus tardivement que Foucault, Blanchot le fait sous l’autorité de Levinas via un texte de Duras[ 1 ]. Le Sade de Foucault doit d’ailleurs énormément à Blanchot, mais précision importante, pour Blanchot il s’agit d’un dépassement, d’une évacuation de Sade, pour ne garder que ce rapport où l’autre est réellement l’autre.

La première étape d’adhésion à Sade commence dans Histoire de la Folie en 1961, et sera lisible et visible jusque dans les années 70 où Sade revient très fort. Sade est alors celui qui réalise, ce que Foucault appelle la contestation infinie (emprunt à Blanchot) contestation dont il est l’emblème.

Rupture en 1975 avec Sade sergent du sexe où Sade passe d’apôtre de la transgression, à agent de l’injonction sociale à dire le sexe.

Ce renversement, massif et violent pose quelques problèmes.

Un premier problème : s’agit-il d’un renversement, d’une rupture de « moderne » et de philosophe, et alors ce renversement sera à interroger du côté de Foucault philosophe. En effet, Foucault est-il celui qui l’accomplit ou celui qui l’énonce en tant qu’historien des idées ?

Deuxième problème celui qui met en évidence la crise de la modernité dans son rapport à la politique, c’est le retour à Kant pour Foucault à partir des années 76.

Troisième problème touchant à Sade lui-même. Après l’investissement massif de Sade, Foucault passe par un remplacement, déplacement autour du nom de Rousseau.

Un premier Sade dans Histoire de la folie, c’est le Sade du structuralisme empirique de Foucault. La folie, selon Foucault n’est pas une entité qui préexiste à la connaissance psychiatrique, elle est le produit de cette connaissance, c’est en cela qu’elle est mythologique. Au sens de Barthes.

Or Foucault a pour ambition de détruire toute anthropologie, alors même que le discours sur la folie produit une anthropologie aliénante qui fait perdre à la folie sa vérité. Il y a objectivation de la folie. Objectivation, autrement dit enfermement, et Sade est un élément de ce processus d’enfermement.

Un second Sade dans Histoire de la Folie, un Sade au contraire figure majeure qui recueille « Le secret primitif, et immémorial de la déraison » Une figure nominale, la première d’une série qui va de Sade d’abord jusqu’à Artaud, en passant par Holderlin, Nerval, Nietzsche, Van Gogh, avec bien évidemment des variantes et des déplacements.

Page suivante (2/3)

 

Notes

Pour afficher les notes du texte, cliquez sur le lien de l'appel de note.
Ensuite, pour revenir dans le texte au niveau de l'appel de note, cliquez sur le texte de la note.


Recevez régulièrement par e-mail les dernières informations concernant les activités de l'Institut d'études lévinassiennes.
   
Votre e-mail